Au Viêtnam dès le 14 et jusqu'au 24 novembre

 

                                                                 Photos du Viêtnam (Saïgon, Mui Ne), ici


Dimanche soir 14 novembre 2010: ... bien arrivés à Saïgon*/ après 7 heures de bus et trois films de suite avec Angelica Jolie (dont deux "Tumb raiders" y compris celui qui se passe à Angkor Vat.... pour nous faire regretter de quitter le Cambodge).                                                                          */ Ho Chi Minh Ville ou City, donc également HCMC.

Au Viêtnam nous aurons parcouru la route depuis la frontière cambogienne ainsi que celle menant de HCMC à Mui Ne. Nous ne visiterons que HCMC (Saïgon) et Mui Ne.

 

Tiens, au Viêtnam, ils ont des motos... et pas peu... c'est curieux... on savait pas...  !
En fait: on savait... mais la réalité dépasse ici ce que notre imagination nous suggérait: des fleuves de motos chevauchées de toutes sortes de façon et par un plus ou moins grand nombre de passagers humains (mais pas seulement). Le chic du chic: un-e pilote avec deux amazones têtes-bêches sur la partie arrière du siège; ajoutez occasionnellement un, deux ou trois enfants. Mettez un casque à celui ou celle qui tient les manettes (le guidon, lui, peut être tenu par plusieurs personnes)... et vogue la petite cylindrée! Une vraie cavalcade s'ensuit, par déferlantes successives au gré des feux rouges (plutôt bien observés ici, comme le port du casque).


Ballade au bord de l'eau, pour échapper aux motos, sur un affluent du Mékong, puis achat de chocolat Lindt chez l'épicier du coin (qui tient aussi les produits Fauchon, 'by the way').
A l'apéro, nous téléphonons en Suisse (la mère de Jacques apprécie ces nouvelles) depuis une terrasse et observons une foule d'invités qui, en plusieurs vagues, se rendent à un mariage petit bourgeois dans un restaurant voisin. Les invités jeunes sont habillés de tous styles (du jean à l'élégant-e) et quelques dames âgées ont de belles longues tuniques traditionnelles fendues (Ao dài), souvent avec pantalons, et se sont visiblement mises sur leur 31.
Une haie de six jeunes filles en jaune (staff de l'hôtel) accueille les invités; un grand portrait couleur des mariés repose sur un chevalet à l'entrée.

Enfin un petit dîner japonais pour nous remettre des émotions de la journée (la douane en bus, je vous dis pas...).
L'hôtel est bien, simple et bruyant (mais avec un accueil très correct et une bonne relation qualité-prix, ce qui serait rare ici) et surtout bien placé à côté de l'opéra, du Caravelle et du Continental.
Plein de resto, bars et salons de massage... Phnom Penh - Ho Chi Minh Ville, même profil sous cet angle, même si les deux villes semblent bien différentes aussi. Nous verrons cela.

Lundi 15 novembre :  ballade dans les rues du quartier (district 1 / Q 1) en vue de l'organisation de notre séjour.
Nous irons au bord de la mer pour 5 jours à 200 km d'ici. Nous espérons qu'il y fera beau (il vient de tomber 3 gouttes sur HCMC).
Première visite au musée consacré aux guerres du Viêtnam (War Remnants Museum / Musée des vestiges de guerres): guerre de la fin de la période coloniale, contre les Français et guerre anticommuniste menées par les Etatsuniens contre le Viêtnam et le Cambodge dès 1965 et qui se termina comme les gens de notre âge s'en souviennent, bien sûr, par la défaite américaine en 1975. Inutile de dire que c'est un endroit qui ne laisse pas indifférent. Dès l'arrivée, c'est l'ombre des hélicoptères US (grand et petit), des chasseurs bombardiers, des tanks et canons d'artillerie lourde sur chenilles qui vous accueille. Ensuite un exposition de bombes (bombes au napalm, bombes à fragmentation) de mines de toutes sortes, d'obus et d'autres joyeusetés vous souhaite la bienvenue. A l'intérieur, un exposé des ravages de ces guerres (avec un fort accent sur la guerre US qui a tué plus de 2 millions de personnes et en a blessé 3 millions dans la région) et de leurs horreurs. Ce musée s'appelait musée des atrocités américaines (ou du génocide américain) au début, mais a été rebaptisé depuis la normalisation des relations avec les Etats-Unis dès la fin des années 1980.
De très nombreuses photos illustrent cette tragique période.

Par chance (!?), une exposition venait de s'ouvrir consacrée aux dizaines de photographes morts au Viêtnam et au Cambodge essentiellement entre 1970 et 1974; Frank Cappa est certainement le plus célèbre d'entre eux. Un étage est consacré aux photos de ces photographes de guerre (y c. de nombreux Viêtnamiens) ainsi qu'à leur vie et aux circonstances de leur mort. Parmi ces photos, de grandes classiques.

Une autre exposition fait état de l'agent orange défoliant et des dégâts écologiques et humains volontaires que les USA ont fait lors de cette guerre. De nombreux américains victimes eux-aussi (et surtout leur descendants) de ces dioxydes témoignent également de leurs souffrances.

Enfin une expo plus positive et optimiste met en relation des photos de guerre et les mêmes régions, villages, paysages et humains 20 ou 30 ans après.

Le Musée est très visité et bon nombre d'Américains sont là, certains sûrement des vétérans.

S'en est suivie une recherche d'un quartier d'antiquaires en appareils de photo et, oh! miracle, ici il y en a; même plusieurs. Malheureusement pour Jacques, les Viêtnamiens connaissent bien les prix et sont durs en affaires. Les Nikon F1 annoncés, avec toutes sortes de Photomic, sont loin d'être donnés, de même que les Olympus Pen F entrevus; en général plus cher que sur Internet (avant négociation, mais on part haut – USD 1'300 pour un beau F1;  USD 700 pour un Pen F).

Il y a un grand choix. Jacques a jeté son dévolu -dans une tout autre catégorie de prix- sur un bel Asahi Pentax (1ère génération Spotmatic) en parfait état, avec un objectif grand angulaire. Rien de prestigieux, mais il fallait marquer le coup.

Repas dans un resto végétarien new-look. La classe, si ce n'était le bruit (nous allons devoir nous y habituer... cela semble un trait marquant du pays).


Mardi 16 novembre: nouvelle visite du Musée sur les vestiges de guerres, et, plus tôt encore le matin, de la très jolie pagode de la Dame Céleste dans le quartier de Cholon (ou vivent entre 500'000 et 1 million de Chinois). Il y aura des photos sur le site en temps opportun.
Dans la pagode sont accrochées trois belles photos de Pascal Couchepin, alors Président de la Confédération, en visite sur ce site en 2008.

Mercredi départ à l'aube pour la côte est, à Mui Ne où nous ferons de la plage et nous reposerons 5 jours durant.

Mercredi 17 novembre: bien arrivés à Mui Ne... après un voyage sans histoire de 4 ½ h. en bus.
Notre hôtel, a l'air très bien (on jugera de la cuisine plus tard) et nous emménageons dans un joli bungalow à 10 m. de la mer. Nous n'appelons aucun Tsunami de nos vœux.
Impression de déjà vu: ... mais oui, j'y suis, c'est la plage de surf d'Apocalypse Now ! La scène avec la chevauchée des Walkyries !  En tous cas la plage est couverte de surfeurs avec leurs ailes en forme de dragon. Et les Américains, nombreux hier au Musée, sont ici remplacés par des Russes, bon teint et bon embonpoint.

Nous ne communiquerons pas beaucoup par le biais de ce site, pendant 6 jours, car :
1. nous sommes en vacances (vacances dans les vacances...)  et
2. le clavier est ici insupportable (mélange viêtnamien et russe, difficile à gérer).
A bientôt, les Amis, Jacodi barbotent (la mer doit avoir 26 degrés et les vagues sont belles).

Jeudi 18 novembre: ce sont vraiment les vacances balnéaires de rêve, dont on vous passe les détails totalement conventionnels. Un mot positif pour nos voisins Russes: après 24 heures nous sommes très heureusement surpris de leur comportement agréable (peu de bruit, guère d'alcoolisme visible ou audible, pas d'agressivité). Nous sommes loin des clichés (et c'est tant mieux, car les clichés, ...). Il doit s'agir d'une classe moyenne éduquée (ni ploucs ni nouveaux riches).

A Mui Ne les resto, nombreux, offrent le meilleur de la mer (langouste et crevettes-tigres à prix abordable, mais aussi toutes sortes de poissons délicieux !).

Vendredi 19 novembre: nous avons eu la tristesse, hier soir, d'apprendre le décès de Sam Leresche. Nous sommes en pensées avec Simone et toute la famille Châtelain (et associées). Nous lisons sur '24 Heures' tout le bien que ses amis (et la presse) pensent de lui.

Autrement, RAS, sinon la force du soleil qui a transformé Jacques en langouste grillée (vengeance des langoustes???). Ce n'est pas très malin, évidemment; la crème solaire n'a pas été inventée pour les chiens!
La mer est toujours aussi belle et nous venons de prendre possession de l'une des piscines en fin d'après-midi.

Samedi 20 novembre: RAS et "more of the same". La caractéristique, en fait, des vacances balnéaires, tsunami excepté. Ce soir au menu: crocodile (que les amis pro-WWF ne s'inquiètent pas, il s'agit de crocos d'élevage. Et d'ailleurs que Jac pouvait-il croquer d'autre qu'Odi ?)
Dans le même registre: pour soigner son coup de soleil dû aux bains de mer prolongés et non pas à des sessions de bronzette sur la plage, Jacques a opté pour un médicament traditionnel viêtnamien: le gras de python. Ça pue, mais ça soulage !

Demain dernier jour "de vacances".... et dans un mois (déjà ?!), le retour au pays. Comme le temps passe!
Nous apprenons aussi que le Théâtre de Vidy donne un spectacle tiré de l'Usage du Monde de Nicolas Bouvier... qui se terminera avant notre retour.
Caramba: on ne peut pas être à la fois au four du voyage et au moulin de l'évocation de ses mérites par le grand Nicolas.
Nous serons contraints (mais heureux) d'aller voir le spectacle à Genève en mars 2011.

Dimanche 21: RAS
 
Lundi 22 novembre, midi : nous sommes en train de faire notre check-out... toutes les bonnes choses ont une fin.
Ces vacances au sein de ce voyage (comme si le reste était un travail ???!!!) se terminent. Quatre à cinq heures de bus devant nous.

Lundi soir, 22 novembre: bien arrivés pour une deuxième fois à Saïgon; mais, cette fois-ci, un sapin de Noël tout frais nous attend dans le hall de l'hôtel Indochine.
Les rues sont décorées aussi (arbres éclairés en rouge, massifs de roses de Noël, musique de Noël dans les grands magasins et les halls des grands hôtels).

Nous avons quitte Mui Ne par un temps splendide et chaud (celui qui nous a accompagné cinq jours durant) rapidement remplacé par des pluies torrentielles peu avant HCMC.

E-mail de dernière minute avec l'Indonésie: les choses prennent forme.

Encore une quarantaine d'heures à Saïgon (HCMC) puis ce sera la fin de cette page viêtnamienne du blogue.
Jacques trouve encore deux appareils de photo, un appareil français SIAP Memox 24x24 des années 1949-52 et un boîtier Olympus Pen F (à prix abordable, car à usage médical).

Demain, 23 novembre dernière journée au Viêtnam. Programme libre.
 
... avec nos excuses pour le retard mis à placer sur ce site quelques photos du Viêtnam.

                                                     Photos du Vietnam (Saigon, Mui Ne), ici

 

ALLER À LA DERNIÈRE PAGE  DU BLOGUE :  INDONÉSIE .... MEMORIES