La page pour les amis iconoméchanophiles ...

Iconomécanophilie in vivo

Nous avons placé sur cette page séparée les photos relatives au hobby de Jacques    RETOUR AU BLOGUE

 

Retour à la   page 2         page 3         page 4           page 5       du blog Jacodi

 

                

 

  

 

 Et puis un premier petit achat  (un Huashan 24x36 bakélite... dont j'ignore encore beaucoup de choses):

 

 



En fait le Huashan est une copie (sous licence) d'un Smena
soviétique de toute première génération (début années 1960)

 

 

Son bel étui ...





 

 

 

 

 

In vivo (suite)

   

  

 

 

 

Drôle d'engin...

une autre horreur pour collectionneur vicieux ?

 

Deux facteurs m'ont retenu:

- la taille (la bête est d'importance) et

- l'état probable : le conteneur de batteries de l'appareil
  dégoulinait litteralement de sucs chimiques....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour celles et ceux qui pensaient que Hongmei n'était qu'un appareil de photo,
voici un produit alternatif avec son 84mm affiché !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non ! Il ne s'agit pas d'une enseigne de photographe des années 1900-1920, mais bien d'un caractère Domba de la culture Na'xi des hauts plateaux du Yunan.

 

 

  

 

 

Ici aussi plus beaucoup de magasins de photo: mais des magasins de puces, de batteries,
d'appareils étranges (APN) se ressemblant bientôt tous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ateliers traditionnels sont remplacés par de telles enseignes :

      

 

 

    Pour celles et ceux qui pensaient
    que Photoshop était "de gauche"

 

 

Travail de photographes (voir aussi la rubrique 'Mariages en Chine')

 

 

 

 

Ce qu'il faut admirer sur ce modèle en train de poser
sur un pont de Shuhe, près de Lijiang, en Chine
ce sont les chaussures de montagne
qui accompagnent si bien l'impressionnante et élégante robe rouge !

 

Un petit traitement d'image ultérieur rendra mieux la chose !

 

 

 

 

 

 

Toujours rien sur les marchés et chez les antiquaires... rien d'intéressant ou rien d'abordable.

Chez les artistes, par contre, des choses étonnantes (ici à gauche un artiste indonésien expose à Guangzhou /Canton):

 

 

 

 

 

Au Cambodge (après 12 jours à Siem Reap), c'est aussi le calme plat.
 
On me signale à Siem Reap un marchand d'appareils de seconde main... j'y cours, mais trop lentement, son commerce a fermé il y a trois ans et été remplacé par une boutique vidéo-téléphones-cartes à puce (qui me confirme la disparition du prédécesseur). Devant mon dépit, même Odile m'encourage... et me suggère de voir au marché russe de Phnom Penh quand nous y serons.
Rien à Phnom Penh, même si j'ai vu à la vente quelques Nikon F3, F4 voire F5 et leurs équivalents Canon ou Minolta, en général chers !

 

Mais Ho Chi Minh Ville (Saïgon, Vietnam) m'a offert quelques surprises en compensation de la disette cambodgienne dont souffrait l'iconomécanophile-teneur-de blogue. La qualité n'est malheureusement, en général, pas au rendez-vous: beaucoup d'appareils (les soviétiques en particulier) étant dans un piteux état de corrosion. Quant aux appareils pro (en particulier les célèbres Nikon F1, dont des wagons entiers ont dû entrer au Vietnam durant la guerre étatsunienne eu égard à tous les journalistes y ayant travaillé, souvent au péril voire au prix de leur vie), ils sont soit très très usés, soit en état correct mais alors très chers (ce sont un peu un peu des icônes par ici).
Ai trouvé, néanmoins (et enfin):
 
- Un bel Asahi Pentax Spotmatic (1ère version),très propre, avec un objectif super-Takumar 35 mm
  (intéressant, car j'ai déjà un 50mm sur un SP II).
- Un appareil français (eh! oui), SIAP Memox 24 x 24, de 1949-50, avec son étui et son objectif Saphir Boyer
  (les vitesses, données jusqu'au 1/200e, fonctionnent).
- Un boitier Olympus Pen F, enfin, en bel état et très abordable, car c'est une version à usage médical.
  Il est équipé d'un élément intermédiaire avec contact flash intégré et bouchon d'origine,
  mais visiblement incomplet, puisque ni microscope ni endoscope ne m'ont pas été livré avec.

 

Saïgon, réparateur des rues, au travail sur un Asahi Pentax (pas celui que j'ai ramené !!!).

 

  <Commerce spécialisé chic et cher! > 

 

                              

 

Le troisième appareil depuis la gauche m'avait intrigué.
Il s'agirait d'un appareil pour les prises de vue depuis hélicoptères (de qui, on se demande bien?); le dos et l'obturateur sont marqués Zeiss Ikon... L'objectif est un Agfa... Le tout, monté sur rails de fixation, était assez peu élégant, encombrant et lourd... Il est resté en vitrine.
J'ai peut-être passé sur une pièce rare, mais, en plus, la vendeuse était gourmande (en demandait $250).

 

 

 

 

 

 

 

 

Le  N i k o n   F   au   M u s é e   des guerres du Vietnam dit "War Remnants Museum". Une expo y était consacrée aux photographes de guerre morts durant la guerre française puis la guerre étatsunienne. A droite un autre Nikon F qui a sauvé la vie de son propriétaire, photographe japonais. Oh! collectionneur, abandonnez tout espoir de mettre la main sur cet objet mythique, tout abîmé qu'il soit : on y apprend que ce Nikin F est en possession de la famille en tant que relique vénérée !

  

Les 3 appareils acquis à Ho Chi Minh Ville (Saïgon) feront de beaux souvenirs aux cotés du Huashan chinois que je n'avais pas identifié en détail avant notre  retour.
 
A Saïgon encore nous avons rencontré à l'œuvre plusieurs réparateurs d'appareils photo (travaillant maintenant, il est vrai, surtout sur des appareils digitaux) ayant pignon sur rue. Il m'a même été donné d'y voir (oh! horreur...) un Canon G11 en pièces détachées sur la table d'opération.
Quelques antiquaires vendaient des chambres de studio en petit état.
 
Après le Vietnam, l'Indonésie et, là aussi, surprises. Il y a des antiquaires à Jakarta disposant d'une vitrine (jamais bien grande, il est vrai) avec quelques appareils de photo (Jl. Surabaya). Et dans l'une d'entre elles Jacques découvre un Futura allemand des années 1950-52 (probablement le 1er modèle, dit Standard) doté d'un 50mm Frilon ouvrant à f:1.5. L'appareil est en bon état général et fonctionne à toutes les vitesses... Sans être d'une extrême rareté, cet appareil est peu courant; le trouver à Jakarta n'en est que plus sympathique (pour quelqu'un qui a vécu dans cette ville bien avant de collectionner des APA).


Le même marchand offrait deux (vrais) Leica M3 en remarquable état esthétique (near mint diraient les Anglo-Saxons), mais bloqués. Je ne m'y connais pas assez dans cette marque (même si je possède et ai utilisé un M6) pour savoir si, là aussi, j'ai passé à côté d'une affaire... mais je sais par contre qu'il aurait fallu rajouter bien quelques centaines de dollars pour les faire passer à l'atelier.

Depuis deux jours, maintenant à Solo (Java central), et là aussi, au marché des antiquités (surtout javanaises, mais aussi de celles laissées par les expatriés), plusieurs stands offrent chacun, aux cotés de Kodak aux soufflets essoufflés, quelques appareils qui auraient pu être intéressants: des soviétiques (Kiev, Zenith, copie de Super-Ikonta 6x9 à soufflet), des Japonais (des Canonnette, des Pen, des compacts bas de gamme des années 60-70, des Anglais (un Enseign), des Zeiss Ikon (trois super Ikonta!!!) et même un Ferrania Ibis 6x6  .... malheureusement ils ont tous une paire de caractéristiques en commun: ils ne fonctionnent pas (ou très mal) et surtout le métal est dans un état de délabrement et d'oxydation avancé, sans parler des pauvres écorchés qui ont perdu leur cuir depuis bien longtemps pour laisser place au beau rouge/brun de la rouille. Et on vous demande quand même l'équivalent de $50 ou $100 (à discuter certes) pour ces épaves. Hélas, trois fois hélas (pour le vendeur), même a dix dollars je ne les prendrais pas. Donc on verra plus loin.

Mais je doute que d'autres appareils s'ajouteront aux 5 déjà récoltés en route (Huashan, Spotmatic, SIAP, Olympus Pen F et Futura). Le but du voyage, comme me le rappelait un ami sur le site de Sylvain Halgand, n'est pas là! Pour moi, toutefois, avoir un thème, une quête, est une amusante manière d'agrémenter le voyage.
 
Nos prochaines étapes sont en région touristiques (Yogakarta et Bali) et je doute y trouver des appareils... mais sait-on jamais?
 
Rien à Yogyakarta (Java central) même si dans cette dernière ville, une belle boutique de textiles batiks (Mirota Batik) vendait 3-4 appareils à soufflet (des Zeiss Ikon très propres des années 1950-60, mais sans trop d'intérêt et surtout assez chers) ainsi qu'un TTL 6x6 japonais. A Bali, je n'ai pas cherché car il y avait nettement mieux à faire!

De retour à Jakarta, je fais un nouveau saut au marché aux puces de Jalan Surabaya. Je me souvenais y avoir vu un autre Futura Standard, avant de trouver celui acheté lors du premier passage. Par chance, cet autre boîtier était toujours là, avec un objectif Evar 1:2.0 de 50mm; dans un état très correct malgré un bouton de rembobinage manquant. Pour quelques dollars... voilà un 2ème boitier et un 2ème objectif Futura dans la petite collection.
N'est-il pas troublant de tomber, au même moment, dans une ville située à 12'000 km de la Forêt Noire, sur deux appareils peu courants du début des années 50, chez deux marchands différents, à 100m. l'un de l'autre ! A propos, l'échelle des distances des deux Futura est en feet; il s'agissait donc d'appareils d'exportation (pour le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, probablement pas pour l'Indonésie, le Japon ou les Pays-Bas, métriques).

 

Nous avons placé sur cette page séparée les photos relatives au hobby de Jacques    RETOUR AU BLOGUE

—————————————————————————————————————————— RETOUR AU BLOGUE (P. 2)