RIVERAINS de la MER de FLORES

 


Aux XVIe et XVIIe siècles, le royaume de Goa (aujourd'hui Ujungpandang - Makasar) dominait non seulement la partie méridionale de Sulawesi mais encore toute la région qui va de Lombok à la partie occidentale de Flores, en passant par Sumbawa. La grande majorité des habitants de cette région, à l'exception des MANGGARAI de Flores, sont devenus musulmans, mais les anciennes croyances sont loin d'avoir totalement disparu. A nouveau, la production textile est un excellent reflet des diverses influences qu'a subies cette région qui compte plus de 5 millions d'habitants.

L'utilisation de la soie par les BUGIS est une preuve de la large ouverture aux grands courants commerciaux dont a toujours fait preuve cette ethnie de navigateurs. Les sarong de soie "ikatés", fabriqués à Sud-Sulawesi, sont de couleurs vives; ils sont portés pour se rendre à la mosquée ou lors des têtes familiales. A Selayar, de grandes pièces de coton, richement décorées par des fils de trame supplémentaires, servent à envelopper les personnes lors des rites de passage. A Sumbawa, c'est aussi à l'aide de fils de trames supplémentaires, métalliques, que l'on met en valeur les sarong de cérémonie. Sous l'influence de l'islam, les motifs sont devenus géométriques. A Lombok, chez les SASAK, l'ethnie dominante de l'île, les ceintures kombong sont encore tissées sur des métiers traditionnels et, pour leurs propriétaires, ces tissus dégagent une grande force magique. Ce devait aussi être le cas des kain osap, des petites pièces rectangulaires à motifs géométriques, que chaque individu devait posséder et qui jouaient un rôle dans les rites funéraires.

GEORGES BREGUET / JACQUES MARTIN ©