ROTI et SAVU

 Galerie photos des tissus en fin texte


Ces îles forment, avec Sumba et Timor, l'arc extérieur des petites îles de la Sonde orientales; à 500 km des côtes australiennes, Roti est la partie la plus méridionale du territoire indonésien. Le climat aride de cette région diffère radicalement de celui, luxuriant, du reste de l'archipel. Roti (y compris la petite île de Ndao) et Savu (respectivement 1'220 et 500 km2) ont beaucoup de caractères communs vu leur voisinage et la similarité de leur économie de subsistance basée sur l'exploitation du palmier lontar (Borassus sundaicus) et un peu d'élevage. Ces îles, qui comptent actuellement [en 1983] quelque 150'000 habitants, étaient formées de nombreux micro-royaumes (une demi-douzaine à Savu, une vingtaine à Roti); cette situation n'a pas été sans influencer le rôle distinctif des textiles, qui indiquent le rang social et le clan.

C'est surtout à Savu que les tissus portés continuent à jouer ce rôle; leurs motifs sont strictement réservés à un groupe déterminé de la société et permettent l'identification visuelle de l'appartenance de celui ou celle qui porte ce vêtement. Fabriqués selon la technique de l'ikat de chaîne sur coton, les textiles de ces îles sont très décoratifs; le travail le plus fin est celui de Savu. Ils sont longuement teintés à l'indigo (importé des îles voisines), ce qui leur confère une tonalité dominante proche du noir, contrastant avec l'écru; l'usage additionnel de rouge et/ou de jaune (allant jusqu'au brique) est courant. A Roti en particulier, le recours aux colorants chimiques est maintenant usuel. La noblesse locale s'était réservée les motifs patola. De ces textiles indiens, introduits par les Hollandais, les tisserandes adoptèrent également la disposition générale: bandes latérales et tumpal aux extrémités. Les selimut de Savu sont reconnaissables à leurs bandes longitudinales parallèles, en nombre toujours impair. Ils sont ornés de motifs soit archaïques (wohapi, boda) soit empruntés (fleurs, naga). Les sarong de Savu comportent habituellement deux larges bandes horizontales "ikatées" que jouxtent deux bandes sombres sans motif. Tant à Roti qu'à Savu les hommes se vêtent encore quotidiennement de leurs selimut : l'une des pièces autour des reins, l'autre sur l'épaule. Les femmes portent un sarong tubulaire et un selimut sur les épaules.

GEORGES BREGUET / JACQUES MARTIN ©

Collection privée JacOdi
Toutes images sont ©